Et si l’avantage de l’agriculture africaine était justement son retard relatif, sa simplicité et sa proximité de la terre nourricière ?